Mutuelle santé familiale, assurance maladie: Implant dentaire

Qu'est-ce qu'un implant ? Remplacer ses dents n'est pas seulement un acte esthétique. Il permet de redonner un certain bien-être aux personnes souffrant de la perte d'une ou plusieurs dents. Mise au point dans les années 1950 par un chirurgien suédois, cette technique repose sur la mise en place d'une racine artificielle dans l'os et sur laquelle on fixe la prothèse.

Après examen clinique, cette opération se déroule généralement en trois étapes :

> Le praticien incise la gencive et prépare un logement dans l'os pour mettre en place l'implant (racine artificielle en titane). Il referme la gencive et laisse se réaliser la cicatrisation osseuse. Cette phase d'attente, appelée "mise en nourrice", a pour but de permettre la cicatrisation de l'os autour de l'implant : c'est l'ostéointégration. Ensuite, le patient attend;

> Après une période variant, suivant les cas, de six semaines à six mois, le praticien met en place un pilier en titane, destiné à relier l'implant à la prothèse provisoire;

> Enfin, on visse l'implant dans une infrastructure en titane sur laquelle sera placée une couronne en céramique.

Certaines techniques peuvent pallier le manque d'os (implant plus court mais plus large, greffe d'os, comblement des sinus, etc.)

Contre-indications à la pose d'implant

> En premier, un mauvais état général (maladies sanguines, diabète non équilibré, cancers, troubles psychiatriques profonds...) interdit la pose d'implant. La relation avec son chirurgien dentiste traitant est, dans tous les cas, nécessaire.

> En second lieu, l'état de la bouche est capital : outre un brossage rigoureux des dents, les caries et les problèmes de gencive doivent être impérativement soignés avant tout acte implantaire. Ce qui importe également, c'est la quantité d'os (hauteur et largeur), sa qualité (os mou, par exemple) et les obstacles anatomiques (nerfs, cavités).
Une consommation importante de tabac: à partir de 15 cigarettes par jour, le risque d'échec est multiplier par 3.5

Combien de temps durent des implants dentaires ?
Des études menées à travers le monde témoignent d'un taux de succès élevé des implants dentaires, soit une durée de vie s'échelonnant entre 20 et 25 ans. Évidemment, la longévité de vos implants sera grandement influencée par une foule de facteurs reliés à votre état de santé générale et à vos habitudes de vie, incluant le tabagisme, le bruxisme (grincement de dents) et l'hygiène buccale. Toutefois, si vous avez été convenablement évalué avant le début du traitement, vos chances de succès sont extrêmement élevées.
L'entretien des implants permettra d'assurer le succès à long terme de votre traitement. Vous devrez maîtriser chaque jour votre plaque bactérienne. Il est souhaitable de consulter, votre chirurgien dentiste, au moins deux fois par an.
Source : ieri.fr

A qui s'adresse l'implantologie ?

Outre le remplacement esthétique d'une dent manquante, "les implants peuvent être utilisés en orthodontie comme point d'ancrage. Ils font alors office de piliers de bridges chez les personnes largement édentées. Chez les personnes âgées totalement édentées, on peut adapter une prothèse amovible sur deux implants" précise le Dr Philippe Monsenego lors des entretiens Garancière 2003.

 

La principale condition est d'avoir un os en bon état. Enfin, les maladies valvulaires, l'insuffisance rénale, le tabagisme, l'hypertension, certaines allergies et le diabète peuvent constituer des contre-indications.

Les implants sont la meilleure solution à tout âge, mais ne rien faire avant 18 ans. Pour certaines, on évitera les problèmes d'atrophie osseuse causée par l'absence d'une ou de plusieurs dents. Les personnes plus âgées gagnent en confort et en qualité de vie.

Les implants causent-ils des risques d'infection, d'allergie ou autres ?
Non. La pose d'implant est effectuée depuis plus de trente ans. La technologie moderne, dont l'utilisation du titane et de son traitement, a fait preuve de son innocuité depuis des années.
Source : ieri.fr

Quels sont les risques d'une telle opération ?
Aucun, à condition que les contre-indications évoquées précédemment soient respectées et que les précautions d'asepsie rigoureuse soient prises pour éviter tout risque d'infection.

Peut-il y avoir "rejet" de l'implant ?
A proprement parler, un rejet n'existe pas. Le rejet concerne les organes implantés dans l'organisme, comme par exemple la greffe d'un cœur provenant d'une autre personne. Cependant, comme pour toutes les techniques médicales, les échecs sont possibles. Ils peuvent être dus soit à une infection, soit à des mauvaises conditions de forage. Alors, l'implant devient mobile et douloureux. Il est retiré et on attend une nouvelle cicatrisation osseuse avant de pouvoir mettre un nouvel implant.

Remboursement de l’Implant dentaire par la Sécurité Sociale :

Les implants dentaires ne sont jamais remboursés par la Sécurité Sociale contrairement aux bridges et appareils amovibles, moins confortables. En effet les implants dentaires sont considérés comme des prothèses "hors nomenclature" (les soins classés hors nomenclature (HN) sont des soins qui ne seront pas du tout pris en charge par la sécurité sociale).

 


En plus de ne pas être remboursé par la Sécurité Sociale, l’implant dentaire fait partie des actes dentaires très onéreux. En moyenne, le prix d'un implant dentaire est de 1000 €.

Certaines mutuelles remboursent partiellement le traitement. Des solutions de règlements échelonnés sont proposées par certains praticiens, mais actuellement seulement 82 000 implants sont posés en France chaque année, contre 185 000 en Espagne et 410 000 en Italie ou 420 000 en Allemagne (où la technique est remboursée).

Les prix : aucun remboursement par la Sécurité Sociale.

   Minimum  Maximum
 Implant  500 € 1 500 €
 Mise en fonction (par implant)  70 € 150 €
 Inlay-core sur implant  250 € 700 €
 Couronne sur implant  690 € 1 300 €

Remboursement de l'Implant dentaire par les mutuelles :

Les implants dentaires ne sont pas du tout remboursés par la Sécurité Sociale et donc très peu de mutuelles acceptent de les prendre en charge pour les mêmes raisons, ainsi que l'orthodontie refusée (+16 ans).

Heureusement, certaines mutuelles prennent en charge les implants dentaires.  Dans certains cas, il peut s’avérer plus économique d’adhérer à une mutuelle dentaire pour s’assurer un remboursement des frais dentaires les plus couteux, que d’assumer seul vos frais dentaires. 

 

Les mutuelles proposant une prise en charge des implants dentaire sont le plus souvent des mutuelles "haut de gamme", rares sont les mutuelles économiques proposant un forfait implant dentaire.

 

Soyez vigilant aux délais de carence qui peuvent  accompagner certains forfaits dentaires vous empêchant de bénéficier du forfait dentaire durant les premiers mois suivant votre souscription.

 

Délai de carence
Le délai de carence ou d'attente ou est la période pendant laquelle vous ne pouvez pas bénéficier des remboursements de votre mutuelle complémentaire santé ou de vos indemnités journalières. Ce délai s'applique à compter de la date d'effet de l'adhésion et sa durée varie le plus souvent en fonction des actes couverts.
Champ d'application du délai de carence
Le délai de carence s'applique parce que :
> soit vous n’aviez pas de mutuelle ou de complémentaire santé jusqu’alors. L’organisme (la mutuelle ou la compagnie d’assurance) ne remboursera pas les actes passés depuis la souscription durant toute cette période de stage ;
> soit la mutuelle, pour éviter les abus, limite volontairement les remboursements sur un poste durant une période qui suit l’adhésion.

Quelle mutuelle choisir pour vos implants dentaire ?

> Covéa Risks  : forfait implant dentaire jusqu'à 554 €/an 
> Mutuelle Generale : jusqu'à 500 €/an
> Groupe France Mutuelle : forfait implant dentaire jusqu'à 430 €/an et par bénéficiaire
> Landes mutualité garantie Chêne : forfait implant dentaire jusqu'à 400 €/an et par bénéficiaire
> Mutuelle Fraternelle : jusqu'à 200 €/an
> Mutuelle Swisslife Option 4 : mutuelle implant dentaire à partir de 16.35 €/mois
Source : doctissimo.fr

www.mutuellefr.org/implant-dentaire-c131-p1.html

Article rédigé par le praticien le 06/09/2014